Bio (FR)

Au départ, une petite française rêveuse catapultée à l’âge de seize ans en Arizona. Rencontre la musique de Giant Sand pendant ses études de cinéma à Los Angeles. Scotchée à Tucson par sa scène musicale, elle monte sur scène après qu’un pied au cul de Joey Burns, chanteur de Calexico, l’y pousse. Enregistre des albums inclassables, entre chanson du désert et pop baroque. Chanteuse française d’Amérique, elle tourne beaucoup, très loin. Lorgne vers d’autres horizons musicaux, Minneapolis, Seattle. En orbite maintenant autour de Paris avec cette autre astre noir de la chanson, le guitariste Yan Péchin, dans un duo inattendu, touchant et sauvage.

“Orfèvre en textes ciselés” (Bertrand Dicale) et tout simplement,“she’s just a damn good time!” (Seattle Weekly).

Née en France mais ayant vécu depuis l’âge de 16 ans dans l’ouest américain, la chanteuse, parolière et réalisatrice Marianne Dissard enregistre ses trois premiers albums à Tucson en Arizona avec l’aide de membres des groupes Calexico et Giant Sand, amis de longue date. Elle collabore aussi avec les producteurs américains BK-One et Budo, tous deux du label Rhymesayers. A pied avec son âne à travers les Pyrénées, par Transsibérien jusqu’en Chine, en Australie, en Allemagne, Amériques…, ses nombreuses tournées l’amènent dans le monde entier, de festivals en collaborations. Depuis son retour en Europe en 2013, elle réalise des albums pour des artistes français dont Orso Jesenska et CYRZ, et collabore avec les chorégraphes berlinois Ami Garmon et Frank Willens. Marianne enseigne parfois le yoga à Paris quand elle ne s’échappe pas dans le tout-sud de l’Italie pour y écrire son premier roman, ‘Junk Memoirs Of A Yogini’. Elle tourne actuellement avec Yan Péchin et Allyson Ezell avec qui elle a enregistré ‘Cologne Vier Takes’, le troisième volet, hybride CD/Vinyl, de sa ‘City Series’ d’albums de tournée.

BIO LONGUE

“Orfèvre en textes ciselés” (Bertrand Dicale). “La beauté surgit de l’intensité de son charisme, qui la rend tour à tour inquiétante, drôle, belle, bizarre et sensuelle, quand ce n’est pas tout cela à la fois. (Toute La Culture) Un set d’une vitalité débordante, fatalement séduisante”, “Une parolière de premier plan, pas si éloignée parfois d’un BabX. Avec une certaine dinguerie en plus” (Toute La Culture).et tout simplement,“she’s just a damn good time!” (Seattle Weekly).

Chanteuse, parolière et réalisatrice, la française Marianne Dissard a vécu aux Etats-Unis de 1985 à 2013, dont près de vingt ans à Tucson en Arizona. Elle vit maintenant en Europe.

Pour son premier album “L’Entredeux”  (2009), Coup de Coeur Charles Cros, Marianne collabore avec Joey Burns, leader du groupe Calexico, qui compose et produit ce mariage réussi de chanson et d’Americana en point d’orgue d’une longue amitié ponctuée par le single “Ballad Of Cable Hogue” du groupe phare de la scène de Tucson. John Convertino, Rob Burger, Mickey Raphael (Willie Nelson band), Naïm Amor, Sammy Decoster et bien d’autres participent aussi à l’enregistrement au studio Wavelab de Tucson.

“L’Abandon” (2011) est le second album de la franco-américaine, toujours écrit en français mais aussi en anglais, italien et espagnol. Enregistré à Tucson chez le producteur Jim Waters (Jon Spencer, Little Rabbits), “L’Abandon” est “l’un des meilleurs albums de ‘dark rock’ de ces dernières années” (Lucid Culture, NYC), un album “complexe, tendu et énergique, expérimental et extravagant, spectaculaire et sexy” (Musikwoche, Allemagne), “a hell of a wild ride!” (Sunday Star Times, New Zealand). Réalisé par Marianne Dissard et Jim Waters, co-écrit avec le compositeur italien Christian Ravaglioli et co-produit par BK-One (Rhymesayers, Brother Ali), L’Abandon s’appuie sur les piliers de la génération montante de Tucson que sont Brian Lopez, Sergio Mendoza et Gabriel Sullivan (qui sont alors ses musiciens de tournée) ainsi que sur ces vétérans des galaxies Calexico et Giant Sand que sont Thøger Lund et Salvador Duran. Le canadien Luke Doucet à la guitare, le batteur New Yorkais Arthur Vint et le compositeur Christian Ravaglioli au piano complêtent cette distribution internationale.

Marianne enregistre à Tucson son troisième album, “The Cat. Not Me” (2013), avec Sergio Mendoza (Y La Orkesta, Calexico) . Un album sombre et hanté, “The Cat. Not Me” est un mélange unique de chanson, de désert baroque et de cuivres où Marianne interjecte des samples évocateurs (dont ceux du tube suédois “Aqua Barbie” pour “Doll Circa”). Mickey Raphael (Willie Nelson) y contribue un solo d’harmonica. L’album est présenté en avant-première au festival SXSW 2013 en collaboration avec le producteur et musicien Budo (Rhymesayers) et le violiniste Andrew Joslyn (Macklemore & Ryan Lewis) et confirme le départ, déja amorcé avec l’album précédent, de la musicienne vers d’autres horizons musicaux que ceux de Tucson.

Sur quatres continents de l’Europe à la Chine, de l’Australie à la Turquie, en tournée quasi-constante depuis ses débuts sur la scène internationale à la sortie de “L’Entredeux” à l’automne 2008, Marianne participe au festival SXSW en 2010, 2011, 2012 et 2013, se produit au MOMA Museum of Modern Art de New York et dans des festivals internationaux dont Black Rabbit en Chine. En 2011, pour la sortie de “L’Abandon” en France, elle fait une tournée dans les Pyrénées… à pied avec son âne. Marianne a partagé la scène avec Françoiz Breut, Calexico, Howe Gelb, Spain, Fredda, Naïm Amor, Sammy Decoster…

Trois albums de la City Series, intermédiaires entre les albums officiels, “Paris One Takes” (2010), “Berlin Two Takes” (2011) et “Cologne Vier Takes” (2015), sont enregistrés en studio en situation de live lors de tournées européennes avec le groupe du jour. ‘Beijing Three Takes” (2013) enregistré en Chine, est en post-production. Enregistré avec Brian Lopez, Sergio Mendoza, Geoff Hidalgo et Olivier Samouillan,”Paris One Takes” (2010) est accueilli par des critiques trés positives aux Etats-Unis. L’album donne toute la mesure de l’énergie des concerts de cette tournée et témoigne de l’aisance scénique acquise par la chanteuse. “Berlin Two Takes” (2011) est enregistré avec Brian Lopez, Sergio Mendoza et Gabriel Sullivan. On y trouve un duo avec le chanteur belge Arno. “Cologne Vier Takes” (2015) est enregistré avec le guitariste Yan Péchin (Bashung, Brigitte Fontaine) et Allyson Ezell.

Parolìere, Marianne écrit un titre produit par John Parish pour Howe Gelb, son vieil ami et colocataire d’un temps quand ils habitaient tous deux à Los Angeles, et dont elle a filmé le groupe Giant Sand pour le documentaire “Drunken Bees”. Pour son ex-mari, le chanteur français Naïm Amor, elle assure la quasi-totalité des textes de “Mistake Love”, produit par John Parish, et ceux des albums d’ Amor Belhom Duo. Elle collabore aussi avec les chanteuses Amparo Sanchez, Fredda et Françoiz Breut et a enregistré en duo avec le chanteur belge Arno.

Réalisatrice de formation, Marianne fait de “L’Abandon” un film intitulé “Lonesome Cowgirls” (2010). Avec ce remake du western d’Andy Warhol, “Lonesome Cowboys”, tourné en Tucson en 1968,  elle réalise un OVNI conceptuel qui fournit matière aussi bien à clips vidéo et boucles de projections pour le live qu’à une véritable fiction ‘made in Tucson’ dans lequel Marianne, pour la première fois devant la caméra, reprends le rôle de la Factory superstar Taylor Mead. Marianne réalise ses propres clips. Pour “Les Draps Sourds” extrait de “L’Entredeux”, elle invite Philippe Katerine et beaucoup d’amis dans une chambre d’hôtel du fameux Hotel Congress chanté par Dominique A., aussi présent dans le clip. Pour “The One And Only” extrait de “L’Abandon”, elle filme Tucson, ses cérémonies et ses drôles de cowboys. Elle réalise aussi des clips pour Sergio Mendoza Y La Orkesta, Amor Belhom Duo et ABBC, projet avec Calexico.

Bio (DE)

2008-2011 Wikipedia page : wikipedia.de

2012-2015 English bio oder http://www.ub-comm.de/?p=1853

Mit The Cat. Not Me legt Marianne Dissard am 22.08.2014 ihr mittlerweile drittes reguläres Album auf Vinyl und als Download vor. Es erzählt dunkle Geschichten, die durch die mentalen und körperlichen Strapazen ihres vier Jahre ohne Pause andauernden Tournee- und Aufnahmemarathons genährt wurden: „I was exhausted and I was more at home on the road than in Tucson, in my own home. I had lost my grounding“, sagt Marianne über diese Zeit.

Perfekt musikalisch untermalt werden die Songs durch eine Mischung aus Americana- und Chanson-Elementen, die schon Mariannes erste zwei Alben charakterisiert hat. Dabei geht das neue Album einen Schritt weiter in Richtung einer europäischen Fantasie über die aktuelle amerikanische Musik zwischen dunklen Balladen wie „Salamander“, vom HipHop beeinflussten Songs wie „Tortue“, oder dem Song „Am Letzen“ mit seiner Sprachmischung aus Deutsch und Französisch. „Maybe this album, like me, is split between two worlds, each being the ‚fantasme‘ of the other, my world – and my music – in Tucson and my European roots“ so Marianne Dissard.

Marianne Dissard hat alle Texte geschrieben und mit Produzent Sergio Mendoza (Calexico, Orkesta Mendoza, Mexxrissey) die Musik zu vier Stücken gemeinsam geschrieben; alle anderen stammen von Sergio Mendoza. Eingespielt wurde das Album in Jim Waters‘ WaterWorks Studio in Tucson mit Thøger Lund (Giant Sand, Mark Lanegan) am Kontrabass und Cello sowie Marco Rosano am Altsaxophon, Akkordeon und präpariertem Klavier als Kern der Band; dazu kamen als Gastmusiker Naïm Amor (elektrische Gitarren), Mickey Raphael aus Willie Nelsons Band (Mundharmonika) und Jon Villa (Trompete, Giant Sand).

Nachdem das Album fertig gestellt war, besiegelte eine schicksalhafte Begegnung Mariannes Wegzug aus Tucson, wo sie zwischen 1985 und 2013 gelebt hatte. BK-One, ihr Koproduzent für das Album L’Abandon, erzählte ihr von einem Künstler und Produzenten namens Budo, ein Multi-Instrumentalist aus Seattle mit einer äußerst ansteckenden Bühnenenergie. Er war ganz genau der Typ Künstler, den Marianne gesucht hatte. Sie trafen sich später durch Zufall in Paris und ein paar Wochen danach feierte The Cat. Not Me mit Budo sowie Andrew Joslyn als Gast an de Violine seine Bühnenpremiere beim SXSW Festival 2013.

Bio (IT)

Marianne Dissard, una delle voci più interessanti del cantautorato francese.

Chanteuse français di nascita, Marianne Dissard ha vissuto la sua adolescenza nel West americano, in particolare a Tucson, Arizona, dove ha registrato i suoi primi tre album con l’aiuto delle ‘best’ della città, i membri dei Calexico e dei Giant Sand, amici di vecchia data.

La Dissard è giustamente considerata una delle rivelazioni dell’indie-pop in lingua francese, la sintesi tra l’America e la chanson francese, tutto condito in salsa Nick Cave e Brigitte Fontaine. Baroque chanson of the desert? Porta la sua musica in tour ovunque nel mondo, a volte a piedi con il suo asino attraverso i Pirenei o con la Transiberiana fino in Cina.

Formatasi come documentarista, oggi dirige molti dei suoi video musicali. Dopo essersi trasferita in Europa nel 2013, Marianne ha prodotto un paio di artisti francesi, e ha collaborato con i coreografi di Berlino Ami Garmon e Frank Willens. Attualmente si nasconde nel Sud Italia (Matera) per scrivere il suo primo romanzo, quando non è in tour in Europa con Yan Pechin e Allyson Ezell.

The Cat. Not Me – Album #3, composta dal pianista Sergio Mendoza.

L’Abandon – Secondo album per la cantante pop eccentrica di Tucson, composta dal pianista italiano Christian Ravaglioli di Ravenna.  Un’opera piena di gioia, intimista e intensamente personale, composizioni pop ma con influenze musicali dalle pop americano moderno, avant-garde contemporaneo, mariachi e ovviamente la chanson francese. .

L’Entredeux – Marianne Dissard è una cantante francese di adozione statunitense, già messasi in luce per i suoi contributi alle canzoni di Calexico, Giant Sand e Francoiz Breut. I fan dei Calexico la riconosceranno come la dama di Joey Burns nel video del singolo “The Ballad of Cable Hogue” dall´album “Hot Rail”. Proprio il frontman dei Calexico Joey Burns, ha prodotto e collaborato alla scrittura dei brani di L’Entredeux, il suo album di debutto realizzato con i contributi di musicisti come John Convertino (Calexico), Rob Burger (Tin Hat Trio) e Mickey Raphael (Willie Nelson). Un lavoro originale e di non facile identificazione, un ibrido tra una formula musicale tipicamente francese, la canzone d’amore sussurrata e la parte meno ortodossa dell’alternative country o Americana, che dir si voglia.

Bio (中国)

“她的歌声拥有Edith Piaf的穿透力,且独具风情,让人联想到美国西部那充满野性的竞技表演。

女歌手Marianne Dissard生于法国,现居图森市。她出生的地方刚好望得见法国南部的比利牛斯山脉,但她从16岁起就一直居住在美国西部。集歌手、词作者、导演与表演艺术家于一身的Marianne Dissard曾到世界各地进行巡演,或单独演唱,或与她来自美国的乐队成员同台演出。她发行了四张广受赞誉的专辑,将美式民谣与法国香颂完美融合,形成了一种独一无二的音乐混合体,坚韧不拔而充满活力,堪称一场“当摇滚遇上民谣”的音乐奇遇。与此同时,她曾与多名艺人合作,如Calexico和Howe Gelb这两位图森市开心果,以及她在亚利桑那州之外的一些亲属,其中包括法国女歌手Françoiz Breut和Rhymesayers唱片公司旗下的嘻哈制作人BK-One

DOUBAN